Préparations gourmandes, quand un sucre inverti en vaut deux !


Mélanger du miel avec autre chose ? Mais pourquoi ? Et bien pour deux raisons : d’abord parce que c’est bon et ensuite… parce que c’est bon. Bon pour le palais et bon pour le corps.

Commençons avec ces seconds bienfaits « bon pour le corps ». Vous savez certainement que le miel ne comporte pas de sucres ajoutés. Même si les quatre cinquièmes du miel sont… des sucres : glucose, fructose, et un peu de saccharose… tout ceci vient du nectar des fleurs ou du miellat sur les épines de sapin. Et tout passe par les abeilles qui quand il s’agit de « travailler » du sucre savent de quoi elles parlent. En butinant les fleurs et en rapportant leur « butin » à la ruche elles confèrent à ces sucres des qualités incomparables en fabriquant un miel qui reste l’un des produits naturels les plus complexes. Elles fabriquent ainsi un sucre dit « sucre inverti » qui parmi les nombreux avantages qu’il présente (il est très utilisé par les pâtissiers et les confiseurs car il permet d’avoir des produits plus moelleux, notamment avec les glaces) à un pouvoir sucrant de 20% supérieur au saccharose. Bref, un sucre inverti en vaut deux ! Du coup nos préparations gourmandes tiennent la dragée haute aux confitures et trouvent une belle place sur la table du petit-déjeuner ou du tea-time.

Et puis il y a le goût. On le sait la seule limite en cuisine c’est l’imagination. Pour la base nous avons sélectionné du miel d’acacia récolté dans les forêts des terres froides de l’Isère. Le miel d’acacia est un miel dont le taux de fructose (nettement plus important que celui de glucose) l’empêche de cristalliser. Il permet ainsi un beau mariage avec les extraits de fruits voire les pistils de safran ou les brisures de truffe (uniquement de la melanosporum, la truffe noire récoltée en Provence). Les parfums et les arômes se marient étonnamment avec ce miel doux et viendront accompagner une belle tartine beurrée, un fromage distingué ou tout plat (viande, poisson, salade…) qui sortira de votre créativité culinaire. Mais tout ceci n’est que littérature. Rien ne vaut une belle dégustation.

Préparation Miel Truffe Marcel & Marie

Miel / Truffe

De très nombreuses préparations miel/truffes sont réalisées avec des truffes d’été (tuber aestivum) dont le parfum n’est pas aussi marqué que celui de la truffe noire (tuber melanosporum). Il en va de même pour son prix… Mais quand on aime on ne compte pas. Les truffes noires que nous utilisons sont cueillies l’hiver en Provence et leur parfum mélangé à celui du miel d’acacia révolutionne un plateau de fromage et se marie particulièrement bien avec un brie ou un brillat-savarin.


9.50 / 120g
Préparation Miel Myrtille Marcel & Marie

Miel / Myrtille

Une création Marcel & Marie avec un extrait de myrtilles bio sauvages récoltées dans les bois du Velay, un délicieux superaliment dont les notes florales et boisées se révèlent dans le miel d’acacia.


8.30 / 120g
Préparation Miel Mûre Marcel & Marie

Miel / Mûre

Une création Marcel & Marie qui replonge dans l’enfance avec le goût acidulé et sucré des grignotages au bord des chemins. Un subtil accord entre la douceur du miel d’acacia et un extrait bio de mûres récoltées en Haute-Loire.


8.30 / 120g
Préparation Miel Liqueur d'Orange Citron Marcel & Marie

Miel / Liqueur d’Orange / Citron

L’imagination, l’envie de découvrir de nouveaux accords et nous voici partis sur cet étonnant mariage miel d’acacia, liqueur d’orange et une pointe de citron.


8.30 / 120g
Préparation Miel Safran Marcel & Marie

Miel / Safran

Toute la saveur du pistil du safran récolté en Iran se révèle à merveille dans le miel d’acacia. N’hésitez à l’intégrer à vos recettes qui comportent du safran avec notamment tous les poissons, et pourquoi pas un cocktail champagne, cointreau et miel/safran…


9.50 / 120g
Préparation Miel Sureau Pamplemousse Marcel & Marie

Miel / Sureau / Pamplemousse

Sur les plateaux du Velay où tout a commencé pour nous quand nos grands-parents Marcel et Marie se sont lancés dans l’apiculture dans les années 50, le sureau était toujours un arbre recherché pour… faire des sarbacanes. On coupait une branche on évidait le centre, la moelle, et on devenait des indiens d’Amazonie… mais le sureau fait aussi des fleurs et des délicieux fruits (à condition de les cuire sinon c’est toxique) et un très bon sirop. Il ne nous restait plus qu’à l’intégrer à nos préparations avec une pointe de pamplemousse pour lui donner sa note d’agrume.


8.30 / 120g